Librairie Ulysse

PAYS ET VOYAGES

14h-20h du mardi au vendredi et sur rendez-vous.
26, rue Saint Louis en l’Ile, 75004 Paris, France - + 33 (0)1 43 25 17 35
Métro : Pont-Marie - Bus : 67 Ile Saint-Louis, 86 Sully - Quai de Béthune

Et aussi du 20 Juin au 20 Septembre 2 bd de la Mer, 64700 Hendaye

Accueil > Prix Pierre Loti > Les concurrents du Prix Pierre Loti 2018

Les concurrents du Prix Pierre Loti 2018

Les concurrents sont inscrits et mis en ligne au fur et à mesure et par ordre d’arrivée.
Les commentaires sont issus de la 4e de couverture.

AU DÉTOUR DU CAUCASE, Clara Arnaud, Gaia, 202 p, 20 euros

Conversation avec un cheval. Clara parcourt à pied, en compagnie d’un cheval, l’Arménie et la Géorgie, sillonne les montagnes et les plateaux, revient à l’essentiel. Au rythme de la marche, les pas claquent, ceux du cheval répondent,et la pensée chemine, loin de la cacophonie et de l’urgence du monde. « Elle se jette comme dans une rivière tumultueuse et se laisse porter, maltraiter, essorer. Loin de toute performance, loin des lignes droites tracées sur une carte.

REGARDE PAR LA FENÊTRE, Eric Sarner, Kinomé, 261 p, 19,80

« Regarde par la fenêtre, le sable touche presque ta nuque… » Un jour, sur la Toile, un écrivain voyageur et solitaire découvre l’amour sous les traits d’une belle métisse brésilienne. Adriana est-elle la muse tant attendue qui hante le poète ? A deux ils vont parcourir des milliers de kilomètres : de Montevideo à Buenos Aires et, de là, jusqu’au bout du monde, Ushuaia. L’amour part en voyage en Amérique du Sud. Un récit exaltant d’aventures et d’émotions.

ROUGE HIMBA, Solenn Bardet, Simon Hureau, La Boite à Bulles, 312 p, 34 euros

Préfacé par Nicolas Hulot, un carnet d’amitié avec les éleveurs nomades de Namibie. A la découverte du peuple rouge, Solenn et Simon reviennent avec tant d’images et d’émotions qu’ils nous offrent un récit graphique de plus de 300 pages au croisement de la bande dessinée, de l’ethnographie et du carnet de voyage. Il faut dire que la guide de Simon, dessinateur, n’est autre que l’ethnologue la plus pointue sur le sujet, qui entretient depuis plus de 20 ans des rapports étroits avec les Himbas.

VOYAGE EN SOI, Samantha Soreil, Thot, 214 p, 17,50 euros

C’est l’histoire d’un double voyage. Un trajet visible à travers l’Inde où l’on se perd au gré de rencontres troublantes et envoûtantes. Un itinéraires invisible , intérieur, au cœur de notre être. Lassée par une vie terne, Tara, jeune française d’origine indienne, part retrouver ses racines. De ville en ville elle s’égare dans ce pays qui est le sien mais qui lui semble totalement étranger. Voyage initiatique, elle interroge son passé, ses peurs, ses projets dans cette Inde bouleversante, fascinante et mystique.

CUBA : 1988-2017, Jean-Pierre Lamic, Kalo Taxidi, 438 p, 19,90 euros

Voyages en immersion au cœur d’un pays controversé. Histoire d’amour entre un voyageur et « un pays à part » Récits de voyage surprenants, s’étalant sur une trentaine d’années vécues au gré des nombreuses transformations économiques et sociétales qui ont caractérisé Cuba depuis la chute du Mur de Berlin. On y décrypte les us et coutumes et la face cachée de certains traits de caractères du peuple cubain accueillant, attachant ou trompeur. Une vision inédite !

LE JARDIN DES EXPLORATEURS, Corinne et Laurent Merer, Erick Bonnier, 337 p, 22 euros

Selon une ordonnance royale, les capitaines de navires revenant d’expéditions étaient tenus de déposer aux « jardin des explorateurs » du port de Brest les plantes récoltées au cours de leurs navigations afin de faire progresser la science et d’enrichir le patrimoine national. La diversité des espèces contribuaient à la richesse du jardin. Suivant cette tradition maritime, les Merer rapportent les plus belles graines de leurs voyages. Ils nous convient à partager leurs pérégrinations insolites.

TANGVALD, Olivier Kemeid, Gaia, 223 p, 19 euros

Peter Tangvald vogua sur tous les océans du globe. Profondément inadapté à la société et au monde du travail, il refuse une vie de week-ends et s’exile sur les mers, bâtit de ses mains son voilier en bois, vit en maillot de bain. Il épouse et épuise sept femmes, dont deux meurent en mer. Il apprend à naviguer presque par hasard. S’il fait plusieurs fois le tour du monde, sans équipement radio et à la voile, c’est hors de toute performance.

WORKING HOLIDAY EN AUSTRALIE, Raphael Paquereau, 252 p, 18 euros

Après deux ans au pays des extrèmes, Raphael nous invite à découvrir ce monde des « Backpackers ». Ces jeunes de toutes nationalités qui se retrouvent à l’autre bout de la planète, et partagent des moments extraordinaires. Il nous revèle un monde à part où cueillette de fruits, Roadtrip dans le désert et la jungle, Grande barrière de corail, pêche, chasse aux wallabies,crocos de mer, etc...font partie de son quotidien.

ALTIPLANO, Livia Figini et Camille Jaillette, 297 p, 29 euros

Traversée amoureuse des Andes. Les lignes et les croquis s’entrelacent, tout en procédant de deux singularités distinctes. Confrontation physique et mentale à une vie qui s’épanouit au-dessus de quatre mille mètres. L’écriture et la peinture sont soucieuses d’embrasser les lointains grandioses et le détail proche. Le voyage est le moteur, la matière première « retranspirée », la rencontre de l’autre à ses côtés.

MAP CITIES, Francisca Mattéoli, 175 p, 35 euros

A l’heure des GPS, cette écrivaine de voyage nous fait parcourir le monde au fil des villes et des magnifiques cartes qu’elle aime et qui la font rèver, mélant ses propres expériences aux extraordinaires épopées qui permirent la création de ces grandes cités. Un livre original et poétique, qui ne nous mène jamais là ou on s’y attend. Il nous convie à la découverte de villes aussi différentes qu’étonnantes.

En Amerique du Sud, à vélo, avec son chien

PÉDALE ET TU VERRAS !, Stéphanie Fontaine, 300 p, 30 euros

Léla, fidèle chienne, vit une année en Amérique du sud en compagnie de Bourricotte, son humaine à vélo. Au fil des pages de ce récit , on s’immisce dans la peau de cette sympathique cyno-voyageuse, et on découvre leur périple à travers son point de vue. Leur voyage est construit autour d’un projet de solidarité internationale dont l’objectif est de partager des connaissances en orthophonie et psychomotricité.

NORILSK, Caryl Férey, Paulsen, 158 p, 19,50 euros

La ville de plus de cent mille habitants la plus septentrionale, l’une des plus polluées. Un ancien goulag où les bâtiments soviétiqques s’effondrent . Un froid qui l’hiver peut atteindre -60°C. Une ville fermée, qu’on ne peut rejoindre qu’avec l’autorisation du FSB. Une ville sans animaux, sans arbres, sans rien. En résumé, la ville la plus pourrie du monde. Mais pour affronter l’enfer sibérien, j’avais ma botte secrète : La Bête.

PÈLERINAGE AU TIBET, AUTOUR DU MONT KAILASH,
Olivier Föllmi , Jean-Marie Hullot, Hozhoni éditions, 257 p, 39,90 euros

Le Kailash, montagne sacrée par excellence, ils en rèvaient depuis longtemps. Comme des millions de pèlerins hindous, boudhistes ou jains avant eux, ils ont suivi les « pierres qui prient », bivouaqué au lac Manasarovar
et accompli la circumambulation qui purifie l’âme de tous ceux qui la réalisent au moins une fois dans leur vie, à pied, à cheval, ou en prosternations successives.

ENTRE CIEL ET TERRE, LA MONGOLIE DE GENDIS KHAN,
Tuul et Bruno Morandi, Hozhoni éditions, 309 p, 45 euros

Tuul et Bruno sont allés mettre leurs pas dans ceux de la gigantesque cavalerie nomade qui a sidéré - mais aussi fédéré - les mondes passés. Spécialistes reconnus de cet immense territoire, ils en livrent ici des images somptueuses collectées dans les lieux les plus éloignés et proposent un retour sur cette stupéfiante histoire : « Il y a sept cents ans , un homme a presque conquis la terre » (Harold Lamb)

BREL-GAUGUIN, Jean-Serge Lalanne, Edilivre, 121 p, 12 euros

Rencontres aux Marquises et autres nouvelles. De retour en métropole, après plusieurs années passées sur une île de l’archipel de la Société, l’auteur nous fait voyager avec cet ouvrage dédié à la vie du chanteur Jacques Brel et à celle du peintre Paul Gauguin, entre l’Europe et les îles Marquises. Les deux artistes reposent non loin l’un de l’autre, dans ces vallées que les « tupapa’u » hantent parfois....

ROBINSON DES GLACES, Emmanuel Hussenet, 264 p, 18 euros
(en attente de validation ex Hendaye non reçu)

Une aventure au bout du monde pour sauver la planète. La quête vers le pôle Nord , en kayak de mer, d’une île presque inaccessible : l’île Hans. Navigation au milieu des champs de banquise, bivouac sur des plaques de glace, lutte contre les vents violents, rencontre avec l’ours polaire, combat contre l’épuisement et la solitude...Une écriture quasi mystique ponctuée par une réflexion sur les causes de la catastrophe écologique qui se prépare.

HENRY DE MONFREID, IMPOSSIBLE GRAND-PÈRE, Guillaume de Monfreid, Glénat, 528 p, 22 euros

Guillaume de Monfreid nous embarque dans un voyage hardi à la rencontre de son grand-père exceptionnel et de leur relation non moins singulière. Tout en voulant garder de la distance, il remet souvent ses pas dans ceux de son aïeul qu’il cherche à apprivoiser, mais il est toujours confronté à sa personnalité complexe, romanesque, libre, indomptable. Un voyage au long cours et pas toujours reposant,

JE NE SAIS RIEN DE LA CORÉE, Arthur Dreyfus,Le sentiment géographique, Gallimard, 257 p, 19,50 euros

De la Corée je ne connaissais que des lieux communs : Gangnam style, la menace du nord, le miracle technologique du sud. Une contrée minuscule cernée par trois empires, souvent confinée, à dessein pour sauvegarder son identité. J’ai commencé à enquêté à Paris sur ces « suisses de l’Asie »ou ces « italiens de l’Orient ». A mon retour fort de multiples rencontres, je me sentais prêt à la définir cette identité. Et même à l’écrire

Le Pérou d’un peintre Emmanuel Michel

PÉROU, Emmanuel Michel, Jarkhot Editions, 176 p, 35 euros

Depuis plus de 25 ans le peintre sculpteur Emmanuel Michel tire l’essentiel de son inspiration en allant découvrir d’autres cultures que la sienne. Des glaciers de la cordillère blanche aux vallées sacrées incas, des hauts plateaux du centre aux îles Ballestas. Par sa diversité technique, ses croquis pris sur le vif, ses peintures et ses sculptures il nous offre sa vision colorée et sans artifice du Pérou d’aujourd’hui


un tour du monde à l’ancienne

LE BELIGOU AUTOUR DU MONDE 1966-1968, Guy Quiesse, Ed. l’Ancre de Marine, 258 p, 23 euros

Toute une époque révolue où à chaque escale l’étranger recevait les honneurs de la presse et des autorités consulaires : les premiers milles autour du globe, avec des moyens de navigation traditionnelle, sans électronique, avant la banalisation de l’exploit...Le revival d’une ambiance de fraternité maritime très sixties...Au mouillage, rencontres avec un monde exotique, des sociétés épargnées par le désenchantement du tourisme.

PORTRAITS DE DELHI, Morgane Belloir, Hikari Editions, 239 p, 18,9 0euros

Portraits de Delhi vous embarque dans un voyage sensoriel à travers la capitale indienne, au travers de treize portraits de Delhiites d’origine ou d’adoption, tombés amoureux de la cité au premier voyage ou ayant dû y trouver leur place. Ils vous racontent leur histoire avec elle et vous livrent leur secret pour mieux l’apprivoiser. Vivez Delhi à travers leur regard et comprenez comment cette ville peut devenir si envoûtante.

LE VOYAGE A PARIS, Raphael Aubert, art&fiction, 110 p, 24 euros

Monter à Paris avant le TGV : souvenirs et témoignage du fils du graveur Pierre Aubert. Pour commenter le carnet du « Voyage à Paris », il fallait ce témoin privilégié qui l’a accompagné dans ses pérégrinations parisiennes, qui l’a vu dessiner. Dans le texte rédigé tout exprès pour l’ouvrage à partir de documents souvent inédits, il raconte ce qu’à représenté pour le Vaudois cette ouverture parisienne, ses premiers voyages avant et après la guerre.

MAGADAN, seul à moto jusqu’au bout de la Sibérie, Kim Hoang, ed. de l’Aire ; 320 p, 29 CHF

Je suis parti de deux semaines seulement, c’est bien peu de temps. Mais il me semble avoir vécu plus en l’espace de ces quelques jours qu’en une année de ma vie routinière. Je me sens si loin de chez moi. Si loin de l’existence que je menais il y a peu encore. C’est comme si, l’exilé, j’avais pénétré de nouveaux mondes. Des mondes intérieurs. Ce ne sont ni les jours ni les kilomères qui font la distance.

samedi 13 janvier 2018, par Catherine Domain